Communautés agricoles

Communautés agricoles

Dès la préhistoire, les hommes ont cherché à se grouper pour mieux résister et survivre. Au Moyen Age, dans les villes et les bourgs, les gens formaient généralement des communautés de vie selon leur métier (corporation) et/ou leur appartenance religieuse (confrérie) ou leur quartier. En zone rurale également. Dans son étude sur les “communautés de Beaulon au XVIIe”, Bonin pense qu’au départ, un seigneur ou l’Abbaye de Sept Fons chargeait ses serfs de défricher et de mettre en valeur une partie sauvage de son domaine ou donnait des terres en tenue indivise à un groupe d’individus ou de couples plus ou moins alliés, sous les clauses de taille réelle (on disait “bordelage” en zone nivernaise). Tout en demeurant de père en fils sur ce territoire, ceux-ci restaient “taillables et corvéables à merci”, et s’ils décédaient sans enfants, sans vivre en communauté, la terre revenait au seigneur : c’était la main-morte.
La Nouvelle Coutume du pays et Duché de Bourbonnais (1521) consacrait 14 articles aux Communautés, de la façon de les contracter tacitement jusqu’à leur poursuite en cas de décès, en passant par le pouvoir du chef ou par la distinction entre biens et dettes qui la composent ou au contraire ceux qui en sont exclus. A partir de l’ordonnance de Moulins (février 1566), la plupart continue à suivre le droit coutumier mais les contrats écrits par devant notaire deviennent obligatoires sitôt que la valeur dépasse 100 livres.
C’est aux Archives Départementales en série 3E que l’on peut retrouver trace de ventes, mariages, partages, etc. concernant nos aïeux. Après la Révolution, le Code Civil instituant l’idée que nul n’est tenu de rester dans l’indivision, la plupart des Communautés qui ont résisté jusque-là vont donc être amenées rapidement au partage et à la disparition.
Deux livres de Mme Henriette Dussourd ont relancé l’intérêt pour les Communautés :
– “Au même pot et au même feu “- 1962
– “Les Communautés familiales agricoles du Centre de la France” – 1978.
On lira aussi avec profit et plaisir le roman de Jean Anglade “Les Bons Dieux ” (1984) consacré aux Communautés de la région thiernoise, région qui a eu la particularité de voir deux Communautés atteindre le XXe siècle.

Pour Chevagnes, voilà quelques indications tirées d’actes établis par des notaires moulinois au XVII siècle. Pour être plus complet, il faudra se retourner vers les notaires établis à Chevagnes même.

Communautés au XVIIe à Chevagnes

Lieu dit Chef de Communauté Date Référence Objet
Beroyers (1)           #  +
Bistots (2) Martin MESMIN 01/04/1617 3E 890 Association
Bouchet (3) Baltazard BESSON dit BUBOUCHET 07/05/1629 3E 3184 Vente de droits
Chassien (4) André DUCHASSIN
Mathé DUCHASSIN
Vincent DUCHASSIN
02/06/1636
03/11/1638
3E 901
3E 903
Contrat de mariage
Election chef
Collas (5) Estienne DELESPINE dit COLLAS 22/02/1638 3E 903 Rente
Fonverne (6) Vincent BIZAUD dit DE FONVERNE 31/10/1633 3E 899 Vente de droits
Gourans (7) Jehan GOURAND
Guillaume SIMMONET dit GOURAND
Gilbert GORRAND?
12/10/1630
25/05/1645
02/06/1647
3E 622
3E 436
3E 436
Vente de poissons
Vente d’arbres
Contrat de mariage
Grenier (8)                 # Jehan PHILIBERT dit DE GRENIER 11/01/1629 3E 3184 Transcation droits
Jacques (9) Claude BUISSET 25/11/1636 3E 901 Reconnaissance dettes
Pierrots (10)              +
Prots (11) Odille MAILLET
Claude RAPYAT
Léonard JANET dit PROST
20/06/1637
08/06/1653
3E 902
*
Election chef
Rente
Chabeaux ou Sabots (12)                           +
Roys (14) Laurent ROY 06/07/1636 3E 901 Contrat de mariage
Riot (13) Jacques FOUSSE 03/08/1636 3E 901 Contrat de mariage
Sorou (16) Jean DE SOUROUX
Jean DUCHASSIN
31/03/1636 3E 901 Départ chef
Solets (15) Michel SYMONNET dit DESSOLLETZ
Jean DESOLETZ?
25/07/1635
29/09/1653
3E 900
3E 1302
Collecteur deniers
Vente 3/4 domaine
Turiers (17)               # Antionne FONTVERNE dit TURIER 19/02/1682 3E 1795 Bâtiments incendiés

(#) Lieu dit actuellement hors Chevagnes, mais qui appartenait à la paroisse de Chevagnes avant la Révolution.
(+) Siège de communauté, mais aucun acte notarié trouvé.

Localisation des Communautés de Chevagnes

Achat de portions de Grandvaulx par la communauté des Duchassin

Deux transactions au moins ont eu lieu avec des DUPUYS qui cèdent de leurs parts sur le lieu et thènement de GRAND VAULX par devant Pierre VIGIER, notaire à Moulins. Apparemment, ce thènement avait été obtenu par feu Jehan DU PUYS l’Aisné le 5 mai 1567 de Nicolas POPILLON, escuyer, Seigneur d’AUSSAT et PARAY.

  • Premier acte le 21 avril 1600 (3E 881)

Ce sont Morize DU PUYS et son neveu Jehan DU PUYS = fils héritier de Léonnard DU PUYS dit DU BOUCHET, communs personniers à Chevagnes, qui délaissent le quart du lieu pour 70 escuz.

  • Deuxième acte le 19 juin 1603 (3E883)

Cette fois, il s’agit de Denys DUPUYS, laboureur à PARAY, fils et héritier de Michiel DU PUYS et de Catherine COCHON qui vend le tiers du quart dudit thènement à Clément DUCHASSIN, chef et gouverneur de sa Communauté, pour 67 livres 5 sols.

Cette importante communauté semble alors comprendre : Clément, le Chef Co, et ses frères André et Guillaume (tous les trois?) fils de Michel et de Léonnarde CORNU; Pierre DUCHASSIN, frère de Michel, et son fils Paul ; Mayeul DUCHASSIN, frère de feu Jehan l’Aisné; Jehan l’Aisné a laissé deux fils vivants, Marc et Jacques.

Il y a encore Benoist DUCHASSAIN, marié à Gilberte JOLLYVET, et leur fils Mathé ; Jehan DUCHASSAIN le jeune, et sa fille Thoinette mariée à Léonnet VOLLET/VALLET

Partage à la communauté de Souroux

Vraisemblablement à cause de fortes dettes (230 écus, soit 690 livres tournois), le 20 mai 1597, le notaire VIGIER de Moulins procède au partage de la communauté en sept parts.

Le Chef Co est alors Thomas DE SOUROUX marié à Agnès DUCHASSIN; ils reçoivent 1/7 des biens.

  • Le couple Denys SEGUYN dit DE SOUROUX et Françoise GIRAUD dit DES PLONGONS (plutôt des Plonjons, lieu-dit de CHAPEAU) reçoit un autre 1/7.
  • Bastien SEGUYN et Jehanne SERVEAU reçoivent un autre 1/7
  • Bonnet de SOUROUX et Suzanne FAVEROT, un autre 1/7
  • Jehanne de SOUROUX (veuve?) et son enfant Claude DE SOUROUX, un autre 1/7
  • Mathé DE SOUROUX et sa fille Marguerite de feue Jehanne PYERROT, autre 1/7
  • Et enfin, le dernier 1/7 à partager entre Suzanne DE SOUROUX, fille de Symon, et entre Jehanne VERET, veuve de Mayet de SOUROUX.

Ces dettes se montent à : 100 écus pour Messire Pierre DESFOUGYS, curé de CHEVAGNES ; 22 écus pour M. Pierre GIRAUDET, chevaulcheur d’escurye à MOULINS ; 16 écus d’arrérages aux deux précédents; 16 écus pour les héritiers de M. Léonnard VENUAT; 10 écus pour Jehan GREILLET dit CROPIERE ; 10 écus pour Gilbert VAUVRILLE ; 12 écus pour M. Loys CHAULVIN, procureur à Moulins ; 11 écus pour Gilbert GUYOT, bouchier ; 6 écus pour Gilbert BERROYER ; 5 écus pour Jehan DAULBOY; 4 écus pour sire Anthoine MERCIER ; 3 écus pour Guillaume VOLLET/VALLET.
Et également les salaires de Léonnard DESTERNES (8 écus 50 sols et une chemise) et un vallet nommé Anthoine (4 écus 40 sols et une chemise), etc.

Travail réalisé par Monsieur Michel LABONNE