Village et canton

Village et canton

Située sur de vastes plaines, la commune de Chevagnes se situe à une altitude moyenne de 240 mètres. Son point culminant se trouve au lieu-dit « La Chassaigne », à 264 m, et son point le plus bas borde la rivière Acolin, à 220 m.

Elle est irriguée par cette petite rivière, l’Acolin, affluent de la Loire, qui la traverse selon un axe nord-sud. D’autres ruisseaux de moindre importance se situent sur ses terres : l’Huzarde notamment. Les autres alimentent les nombreux étangs (17 au total).

Selon la Direction départementale de l’Agriculture et de la Forêt (DDAF), sur les 3.822 hectares de la surface agricole utilisée, 2.950 hectares sont réservés aux surfaces fourragères (prairies naturelles et artificielles) contre 833 hectares destinés à la culture de céréales. La pratique de l’élevage y est donc très importante.

En dehors des prairies, la couverture végétale est réservée aux espaces boisés dont les plus importants sont situés à l’est de la commune, notamment « le Bois Seguin ».

La population de Chevagnes au recensement de 2016 était de 667 (717 en 2009, 716 en 2002, 735 en 1999).
En 1891, Chevagnes comptait 1.492 habitants !

Pays d’eau et de bois, le sol du canton de Chevagnes est principalement composé d’argile très imperméable, mis à part une tache marneuse située sur la commune de Beaulon et formée à la fin du tertiaire-début du quaternaire.

Au bord de la Loire se trouvent des alluvions récentes au fort potentiel agronomique. Sur le plateau, les sols sont généralement acides et couverts de prairies bocagées et de quelques céréales nécessitant, pour une utilisation plus intensive, un drainage plus important.